Chenille processionnaire : un danger pour les chats

Les chenilles processionnaires font leur retour annuel au printemps. Pour nos chats, leurs poils urticants représentent un risque et, en cas de contact, une urgence médicale. Comment l'arrêter ? Quels sont les signes ?
chat chenille processionnaire
Sommaire

Nous assistons au retour des désormais célèbres chenilles processionnaires grâce au beau temps. La saison commence typiquement en mai en Belgique. Cependant, elles peuvent éclore plus tôt si l’hiver a été doux et le début du printemps agréable. Nos chatons sont très menacés par ces chenilles à cause de leurs poils terriblement urticants.

La Thaumetopoea processionea (pour les processionnaires du chêne) et la Thaumetopoea pityocampa (pour les processionnaires du pin) sont les chenilles d’un papillon de nuit. Leurs poils ne deviennent urticants qu’à un stade avancé de leur croissance (après la troisième mue, juste avant qu’elles ne se transforment en papillons). Selon les espèces, elles peuvent résider dans les pins ou les chênes. En été, ils migrent sous terre pour se transformer en papillons.

Quel risque pour mon chat ?

Les chenilles processionnaires, agglutinées dans leur nid ou se déplaçant avec leur queue (souvent la nuit pour manger), constituent un véritable attrait pour nos félins.

Cependant, le contact avec la bouche ou le nez d’une autre personne peut entraîner des blessures graves, des nécroses, voire la perte de la langue. Les poils urticants peuvent rendre la respiration du chat extrêmement difficile, ce qui peut entraîner sa mort.

En outre, le contact avec les chenilles processionnaires peut donner lieu à des urgences vétérinaires !

À voir également  Le chat noir dans l'islam
Chenille processionnaire chat

Les gestes pour protéger mon chat des chenilles

Il va de soi que la prévention doit primer. Surveillez les plantes et les buissons autour de votre maison. Les chenilles immatures sont orange avec de longs poils qui ne sont pas encore urticants (voir photo ci-dessus). Après la troisième mue, elles deviennent grises pour le pin et ont une ligne dorsale de couleur rouille ; pour le chêne, elles deviennent noires avec des marques orange.

Pour le novice, l’identification des chenilles est dangereuse. Avouons-le, il est difficile de distinguer la processionnaire du chêne (à gauche) de la pyrale de l’écureuil (à droite). Si la seconde pique un peu, c’est qu’elle n’est pas en phase avec la processionnaire. En réalité, vos chats sont moins en danger que vos choux 🙂

Le plus souvent, c’est le nid de la chenille processionnaire qui signale son existence. Des fils semblables à des cheveux d’ange ornent les branches et convergent vers l’emplacement du nid lui-même pour former un cocon. La taille du nid peut augmenter considérablement !

Vous pouvez également suspendre des pièges processionnaires à vos arbres. Il s’agit de former une gouttière en entourant le tronc d’un anneau. Les processionnaires descendent à l’intérieur et sont dirigées vers une entrée qu’un tuyau a élargie. Les chenilles entrent dans le sac en plastique en file indienne, comme il se doit pour les processionnaires, et ne peuvent plus en sortir une fois à l’intérieur. Attention : Il est préférable de manipuler le gadget avec des manches longues et des gants jetables dès que les premières chenilles sont attrapées.

À voir également  Comment montrer son affection à son chat ?

Avant même d’envisager l’éradication des envahisseurs, empêchez votre chat de sortir dès que vous apercevez des chenilles processionnaires dans votre jardin ou dans le voisinage.

Evitez de tenter de vous en débarrasser vous-même ! D’une part, les pesticides sont inefficaces car les nids sont couverts de poils et les chenilles mortes piquent encore. D’autre part, l’utilisation de techniques comme le brûlage ou le nettoyage à haute pression a pour effet d’éparpiller les poils et de les projeter partout, ce qui aggrave le problème pour longtemps. Appelez les services communaux ou les pompiers, qui enlèveront les chenilles et les nids en portant les équipements de protection appropriés.

Enfin, gardez vos enfants à l’intérieur et évitez de faire sécher vos vêtements à l’extérieur en attendant les spécialistes. Le moindre coup de vent peut disperser les poils, et comme ils ont un crochet à une extrémité, ils sont des proies faciles pour les matériaux.

Chat et chenille

Premiers signes d’un contact avec une chenille processionnaire

Le contact avec une chenille processionnaire peut d’abord sembler anodin. Le chat qui a des démangeaisons peut se gratter et se lécher frénétiquement. Malheureusement, ce faisant, il répand les poils urticants sur sa langue et son pelage.

À voir également  Combien de temps mon chat peut se retenir d'uriner ?

Les signes immédiatement perceptibles se trouvent à l’intérieur de sa bouche. Ses muqueuses gonflent, il bave, il peut éventuellement vomir et sa langue devient totalement ou partiellement grise. Si vous n’intervenez pas immédiatement, une nécrose se formera et sa langue pourrait même disparaître.

Les difficultés respiratoires sont un autre indicateur qui peut éveiller les soupçons. Parfois, des spasmes peuvent être observés.

Que dois-je faire si mon chat a touché des chenilles processionnaires ?

Ne frottez pas du tout ! Vous disperseriez les poils piquants. Essayez de ne pas paniquer car si vous le faites, le chat vous entendra et cela ne rendra pas la douche plus facile. Rincez abondamment à l’eau les zones abîmées (gardez vos mains et vos bras).

Si vous laissez votre animal manger ou boire, il risque d’avaler d’autres poils irritants.

Appelez rapidement votre vétérinaire et rendez-lui visite dès que possible. Il prendra les précautions nécessaires pour atténuer les conséquences de la piqûre. Il nettoiera les régions touchées et administrera généralement des corticostéroïdes ou des antihistaminiques. Un pansement gastrique clôturera le traitement.

Articles similaires
Dans la même catégorie
Nos derniers articles
Publicités
Retour en haut